Comment les masques chirurgicaux protègent-ils ?

masque chirurgical

Avec l’apparition de nouvelles variantes du coronavirus, la demande de masque stérile est plus incisive que jamais. En extérieur ou en espace clos, dans les transports ou à l’école, en entreprise ou en famille, tout le monde est équipé de ce bout de tissu protecteur. S’il se décline en plusieurs modèles, le masque chirurgical semble être le plus prisé, ne serait-ce qu’en France. Mais quel type de protection offre-t-il et comment protège-t-il ? Voici la réponse.

Le masque chirurgical arrête 98% des particules de taille moyenne 3 µm

Également connu sous le nom de « masque de soins » ou « antiprojection », le masque chirurgical est un masque d’hygiène en polypropylène qui tient son nom de ce qu’il est généralement porté par les professionnels de santé avec des vêtements stériles pour protéger leurs patients pendant les interventions chirurgicales. Très agréable à porter, c’est le modèle le plus léger et aussi le moins cher. Il se décline en trois différents types :

·        Le type I, qui offre une filtration bactérienne d’efficacité supérieure à 95 % pour les aérosols de taille moyenne 3 µm ;

·        Le type II, qui offre une filtration bactérienne d’efficacité supérieure à 98 pour les aérosols de taille moyenne 3 µm ;

·        Le type IIR, qui offre une excellente résistance aux éclaboussures et une filtration bactérienne d’efficacité supérieure à 98 % pour les aérosols de taille moyenne 3 µm.

En tant que dispositif médical, le masque chirurgical est un masque stérile pensé pour empêcher le contact avec les gouttelettes contenant des microorganismes et les muqueuses buccales et nasales projetées ou en suspension dans l’air. Il représente donc une excellente barrière aux particules infectées dans le cas d’une toux ou d’un éternuement ou encore pendant une prise de parole par une personne infectée.

Un masque stérile qui filtre les virus comme ceux de la grippe ou du Covid-19

Les médecins confirment que de la multitude des gestes barrières, le masque covid protège efficacement l’entourage du porteur contre les émissions de postillons par ce dernier. Il permet à celui qui le porte de ne pas projeter des particules infectées dans l’air ambiant et l’aide aussi à ne pas en inspirer.

Etant donné son efficacité contre les particules de taille moyenne 3 µm, cet outil de protection est efficace contre des particules émises par des personnes infectées par le virus de grippe ou de la COVID par exemple.

Au regard de cela, faut-il préférer les FPP2 (filtering facepiece ou pièce faciale filtrante en français) au masque covid ? En réalité, l’un n’est pas absolument supérieur à l’autre. Tant qu’ils sont bien portés, les modèles chirurgicaux sont plus adaptés au grand public. Mais il ne suffit pas de porter un masque covid. Il faut aussi adopter les bonnes habitudes.

Attitudes à adopter pour garder son masque stérile et efficace

Qu’il s’agisse d’un modèle à élastique ou à nouer conforme à la norme EN 14683, garder son masque stérile et ultra propre avec des vêtements stériles est capital pour être à l’abri de toute contamination. Or, le masque coronavirus en papier étant très fragile, il suffit de le plier ou de le mettre dans la poche pour qu’il subisse des microdéchirures et s’abîme. Dès lors, il cesse de constituer un bouclier contre les virus et les aérosols en général.

Il est donc conseillé, pour conserver son masque stérile, de toujours le tenir par les élastiques et le poser sur une feuille en papier ou sur un mouchoir en papier. Et pour conserver ses vertus protectrices, le masque covid devra être changé toutes les quatre heures. Il doit être ultra propre, car il devient inutilisable et doit être jeté une fois qu’il est souillé. 

Comment prendre un RDV médical en ligne ?
Les risques sur la santé de la cystite