Quelles sont les utilisation de la glycine ?

Utilisation de la glycine

La glycine est un acide aminé qui joue un grand rôle dans le métabolisme. On le trouve dans des mets d’origine animale, sous forme naturelle. Son goût sucré lui a donné son nom, issu du grec.

Une action dans tout l’organisme

Lorsque l’on évoque la glycine, bienfaits et effets positifs sont au rendez-vous. Elle agit au niveau des neuromédiateurs avec un résultat inhibiteur sur la moelle épinière. La glycine acide aminé bénéfique est également un auxiliaire précieux pour la récupération musculaire. C’est particulièrement le cas lorsqu’on la consomme sous forme de complément alimentaire. Cliquez ici pour découvrir comment consommer cette supplémentation propice à booster les fonctions de base du corps. Cet additif opère de manière positive sur les enzymes qui luttent contre l’oxydation. Il est donc utile pour ralentir le vieillissement des cellules. Son action détoxifiante s’avère aussi remarquable. En participant à la synthèse des acides de la bile, la glycine contribue à digérer les graisses et à épurer le sang. En outre, elle aide les personnes qui la prennent en complément alimentaire à trouver ou retrouver un sommeil réparateur. Son effet sur le cerveau est celle d’un neuromédiateur apaisant. La glycine participe également à synthétiser l’acétylcholine. Il s’agit d’un neurotransmetteur qui joue un rôle important au niveau de la mémoire et de l’apprentissage. L’acétylcholine sert aussi à la constitution de l’hémoglobine.

Comment bien consommer ce complément ?

Une certaine posologie est nécessaire pour profiter au mieux des bienfaits de cet acide aminé. En règle générale, un dosage de 200 à 2000 mg est recommandé, en fonction des situations. L’utilisation de la glycine en supplémentation concerne bien souvent des sportifs. Ce complément alimentaire permet aux adeptes des efforts physiques de mieux récupérer après l’entraînement ou la compétition. Leur sommeil est de meilleure qualité et les fonctions biliaires retrouvent vite leur activité naturelle. Dans ce cas particulier de la pratique sportive, un dosage de glycine allant de 500 à 1000 mg par jour est conseillé. À ce jour, aucune étude n’a cependant démontré les conséquences éventuelles sur l’organisme d’un surdosage de cet acide aminé. En cas de pathologie mentale du type schizophrénie, il est néanmoins impératif de demander un avis médical avant toute automédication. Par contre, si une carence importante en glycine existe, il est probable que surviennent des dérèglements de l’hypophyse voire une dystrophie des muscles. Du point de vue chimique, la glycine est le plus simple des acides aminés, avec une masse molaire de 75,0666 g/mol et une formule qui correspond à C2H5N02.

Un nutriment à l’état naturel

C’est en 1820 déjà que la glycine a été isolée de manière scientifique. Désormais, cet acide aminé protéinogène (qui donne naissance à des protéines) est donc utilisé dans des formules à ingérer où ses atouts sont concentrés. La glycine, grâce à son goût naturellement sucré, rehausse la saveur de certains édulcorants. L’industrie agro-alimentaire en fait usage en tant qu’exhausteur de goût dans ses produits, sous la forme de l’additif E640. Cet acide aminé demeure cependant un élément bien présent dans des aliments de consommation courante, comme certaines viandes ou poissons. Le jarret de porc en contient 3343 mg pour 100g, davantage que le bacon où l’on trouve 2691 mg de glycine pour la même qualité. Les éperlans séchés affichent 3280 mg de cet acide aminé aux 100 g tandis que la morue séchée elle aussi en contient 3015 mg pour le même poids. Dans un steak de bœuf, on compte 2471 mg de glycine. Les végétaux, graines et algues en incluent aussi. On en dénombre par exemple 3434 mg dans 100 g de farine de sésame.

Un élément polyvalent dans l’organisme

En vertu de ses dimensions ultra-réduites et du fait qu’il s’agisse du plus simple des acides aminés, la glycine peut jouer un rôle prépondérant dans le corps, au niveau de différents organes. On la retrouve dans la composition du glutathion, une molécule du type pseudo-peptide, avec la cystéine et le glutamate. La glycine présente les mêmes atouts que le collagène, une molécule protéique structurale qui se décline en plus de quinze variétés. Le collagène est l’allié des sportifs dont il préserve les muscles et les articulations, comme la glycine ! Un autre point commun les rend équivalents du point de vue du ralentissement du vieillissement : leurs propriétés anti-oxydantes sont puissantes. Ces bienfaits se voient sur la peau, plus lisse et jeune grâce à ces compléments alimentaires. À l’intérieur de l’organisme, l’oxydation des cellules est également ralentie. Le collagène consommé sous forme de complément alimentaire peut être issu du bœuf, du porc entre autres ou être d’origine marine. Les algues en sont une bonne source et il est à noter que la spiruline contient en plus 3083 mg de glycine aux 100 g. Les légumes verts, le kiwi et les avocats en renferment aussi.


À quoi servent les BCAA ?
Défibrillateurs cardiaques : découvrir tous les modèles et les prix en ligne